L'art de transformer ses clients en produits

(2 comments)

Si vous n'êtes pas encore abonné chez Aquilenet ou chez un autre vrai FAI, vous avez forcément dû remarquer sur votre connexion que certains sites ont tendance à être plus lents que d'autres. Curieusement, chez Orange par exemple, on constate que Youtube est plus lent que Dailymotion. Je dis curieusement, parce qu'il ne nous viendrait pas à l'idée que ceci puisse avoir un rapport avec le fait que Orange est actionnaire de Dailymotion.

Mais voilà que ces derniers jours, la presse semble s'émouvoir une énième fois le problème. Free, suspecté de brider Youtube, voudrait faire payer Google (propriétaire du Youtube en question). Alors plutôt que de tourner encore une fois autour du pot en se remémorant les épisodes précédents, essayons de comprendre comment un opérateur peut imposer ce genre de négociation au titan incontestable du web.

Le financement du réseau

Aujourd'hui, les usages sur Internet font que le réseau physique doit évoluer. Il est impensable de faire passer des vidéos HD en direct sur les mêmes infrastructures qui transmettaient presque exclusivement du texte il y a encore quelques années, aux débuts de l'ADSL à 29€99 si cher à nos grands FAI commerciaux. Ce problème faisait d'ailleurs l'objet d'une discussion sur la liste FRnOG cette semaine. Les FAI se sont tous lancés dans le 29€99 et, une fois la "bulle Internet" créée, ont proposé toujours plus de services pour le même prix afin d'attirer un maximum de clients. Ce business-model est tout de même curieux, d'habitude lorsque l'on rajoute des services sur une offre, on en fait des options qui font monter les prix. Ici, les FAI ont proposé télévision, téléphone vers de plus en plus de destinations, toujours pour le même prix, donc en réduisant leurs marges sur l'ADSL. Alors forcément, lorsque vient le moment d'investir pour redimensionner, un problème se pose pour le faire sans titiller les actionnaires qui ont pris l'habitude de gagner toujours plus. Peuvent-ils augmenter les prix ? Impossible. Peuvent-il transformer la télé en option payante pour faire plus de marge sur l'ADSL ? À moins de se mettre tous d'accord, bien sûr que non. On commence pourtant à voir des options apparaître, quelques euros par mois de plus chez Free pour avoir la nouvelle Freebox, par exemple.

Deux solutions se sont donc imposées.

La priorisation de paquets

Si le tuyau lague le soir parce qu'il y a trop de monde, il faut réduire les débits pour que chaque client puisse y accéder de manière égale. Jusque là, rien de vraiment choquant. Mais si on réduit les débits à 21h et que les télévisions commencent à n'afficher que 2 secondes sur 3, ça risque de hurler chez la hotline assez rapidement. Du coup, certains ont fait le choix très discutable de donner une priorité à certains services, pour assurer que les services "importants" fonctionnent mieux que les services moins utiles. Car il est de notoriété publique que tous les internautes préfèrent attendre 1 minute qu'une page web se charge plutôt que d'avoir un peu de pixelisation sur la télévision.

Poussant le raisonnement un peu plus loin, si une très grande quantité d'internautes veulent accéder à Youtube, le fournisseur d'accès est obligé de poser un gros tuyau entre lui et les serveurs de Google. Et il vaut mieux que ce tuyau soit direct, sans quoi le trafic coûterait très cher en intermédiaires. Et pour ne rien dépenser en utilisant toujours le même tuyau, la solution économique est de brider Youtube pour diminuer le trafic. Implacable.

Trouver d'autres financements

Alors forcément, d'un point de vue de FAI, l'équilibre économique est très rageant. Youtube, ça coûte super cher parce que ça demande un trafic énorme, et ça ramène pas un centime de plus. Par contre eux, ils se font des milliards de dollars par an avec la publicité, donc grâce à NOS internautes. Un comble !

C'est alors qu'une idée géniale a dû naître dans l'esprit clairvoyant d'un marketeux, pourquoi ne pas faire payer Youtube pour ce qu'il coûte au FAI ?

Quand les clients deviennent des produits

Sous ce titre volontairement provocateur, il est absolument capital de comprendre la réalité qui est en train de naître chez les FAI commerciaux. Comme je l'ai dit, des lignes ADSL à 29€99 avec télé, téléphone..., ça n'est pas très rentable, et ça demande un travail énorme pendant que les grands sites s'en mettent plein les poches en se tournant les pouces. Mais ces grands sites, ils ont besoin d'internautes, ces internautes sont chez les FAI, et ces derniers ont bien l'intention de les monnayer.

Je pense qu'avec les dernières affaires Free vs Google, nous n'avons affaire qu'au commencement d'une bataille commerciale entre les géants du web et les fournisseurs d'accès à Internet. Encore hier, votre FAI vous fournissait un accès à Internet, donc entre autres au web. Demain, il fournira des visiteurs aux grands sites web, monnayant du temps de cerveau disponible comme les chaînes de télévision ont si bien appris à le faire. La différence, qui peut paraître subtile, est vraiment cruciale. Ce système commercial est un véritable danger pour la neutralité du net, et ça ne relève plus du tout de la science fiction. Les plus gros FAI peuvent dès maintenant négocier de manière très efficace avec les fournisseurs de contenu, au détriment de leurs utilisateurs. Comme l'explique si bien Benjamin Bayart, ces utilisateurs auront alors vendu leur temps de cerveau disponible, à un assez mauvais prix.

Conclusion

On ne peut que déplorer l'attitude de ces opérateurs qui négligent tous les fondements de la neutralité du net pour satisfaire leurs actionnaires, aux dépends de leurs clients qui payent autant pour un service toujours plus dégradé, pensant que ce problème est à imputer aux sites web qui laguent. Du coup, on ne peut qu'espérer que ces clients finissent par se réveiller et réaliser qu'ils ont finalement été transformés en produits négociés à prix d'or auprès des géants du web par trois groupes financiers devenus colossaux et toujours plus rentables.

Ah oui, au fait, chez Aquilenet ainsi que chez les autres membres de la Fédération FDN, nous garantissons statutairement que nos membres ne seront jamais monnayés de la sorte, à moins qu'ils le décident tous en Assemblée Générale. Mais quoi qu'il en soit, vous pouvez dormir tranquille, Google ne nous donnera jamais un kopec pour avoir une dizaine d'utilisateurs de plus ou de moins. C'est un des avantages à rester petit, on n'intéresse personne et ça favorise la neutralité. Maintenant que vous avez tous les éléments, faites votre choix.

Commentaires

JP Il y a 8 mois, 1 semaine

"Car il est de notoriété publique que tous les internautes préfèrent attendre 1 minute qu'une page web se charge plutôt que d'avoir un peu de pixelisation sur la télévision."

Il me semble que la limitation du débit se fait au niveau des entrées sur le backbone de free, les Télés sont diffusée à l'intérieur de son réseau, il n'y a pas de priorisation à avoir, puisque ça ne consomme pas beaucoup de bande passante (soit ils utilisent du multicast IGMP, soit ils sont fous).

Le problème n'est donc pas la, mais au niveau de l'achat de bande passante par free pour récupérer des contenus youtube et autres...

non ?

Lien | Répondre
N'a pas de note

maethor Il y a 8 mois, 1 semaine

Je ne suis pas spécialiste du sujet des backbones, mais quoiqu'il en soit, il y a forcément une grosse consommation de débit entrant chez le client. Que ce soit du multicast ou autre, l'information n'est pas émise pareil par le FAI, mais arrive pareil chez le client.

Donc une partie du problème est bien là, pour démontrer d'une bonne qualité de connexion, les FAI commerciaux préfèrent ralentir la connexion que pixeliser la télé.

Le vrai problème traité dans l'article, par contre, il est effectivement au niveau des achats de transit entrant, notamment depuis les mêmes grosses entreprises américaines.

Lien | Répondre
N'a pas de note

Nouveau commentaire

requis

requis (non publié)

optionnel

requis