Nothing to hide

(1 comment)

SOIRÉE-DÉBAT Lundi 27 MARS à 20h30 à l'Utopia de Bordeaux


RIEN À CACHER ? REPRENONS LE CONTRÔLE DE NOS DONNÉES !


Organisée par l'association Aquilenet et la Ligue des Droits de l'Homme Gironde.
Projection de NOTHING TO HIDE suivie d'un débat avec François Pellegrini, professeur d'informatique, Université de Bordeaux, Pierre Grange Paderas, artiste hacker (Openbeelag.org), Jean-Claude Guicheney, président de la LDH Gironde, et des membres d'Aquilenet, Fournisseur d'Accès Internet associatif.
Achetez vos places à l'avance, à partir du Vendredi 17 Mars.

Un film sur la surveillance… et vous. Documentaire de Marc MEILLASSOUX et Mihaela GLADOVIC France/Allemagne 2016 1h26 VOSTF. Tourné en Allemagne, ainsi qu'en France, au Luxembourg, en Belgique et en Espagne, le film s'intéresse principalement à Berlin, connue pour être devenue la capitale des hackers et des lanceurs d’alerte après les révélations d’Edward Snowden. Lesquelles ont démontré que les données récoltées avec notre propre complicité par les entités privées telles que Facebook, Google, Whatsapp… (appelées aussi les GAFAM) servent de matière première à la surveillance de masse (programmes PRISM, Xkeyscore…).

Une réponse à ce dilemme a été notamment fournie par Eric Schimdt, le PDG de Google, et reprise allègrement depuis par beaucoup de politiciens : « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre ».

À cela, Edward Snowden a répondu à son tour :

« Affirmer que votre droit à la vie privée vous importe peu, car vous n’avez rien à cacher, c’est comme affirmer que votre liberté d’expression vous importe peu, car vous n’avez rien à dire. »

La logique du « rien à cacher » à l’ère du Big Data n’a encore jamais été interrogée. Éluder cette question nous empêche pourtant de répondre à une autre : quelle société sommes-nous en train de construire ? Nothing to hide interroge les implications de la surveillance de masse à travers une
vingtaine d’intervenants et cinq personnages centraux. Le protagoniste principal est un jeune artiste berlinois, jovial et sans histoires, qui pense n’avoir « rien à cacher ». Il accepte d’être surveillé durant trente jours sur son smartphone et son ordinateur.

Le film sera également disponible en Vidéo en Poche, apportez vos clés USB

Commentaires

stéphane Il y a 7 mois, 4 semaines

Super soirée ! J'en retiens que nous devons faire face à ces menaces debout sur deux jambes : celle qui nous défend individuellement par le logiciel libre, le chiffrement et la degoogueulisation et celle qui nous défend ensemble en faisant pression sur les élus pour qu'ils défendent les libertés.
En revanche, à ma question "comment se rassurer après les textes d'Ellul sur la technologie qui asservit l'homme ?" Je ne suis pas convaincu par la réponse de B. Bayard : il y a un bon usage de la bigdata et un mauvais usage, car dans ce cas, il y a aussi un bon et un mauvais usage du nucléaire.
Ellul désignait le risque non dans l'usage mais dans l'essence même de la technique, il disait qu'elle devait être étroitement contrainte par quelque chose qui la dépasse, comme la morale, l'éthique, la spiritualité (cochez une des cases svp) Des réactions ?

Lien | Répondre
N'a pas de note

Nouveau commentaire

requis

requis (non publié)

optionnel

requis